Connexion

Récupérer mon mot de passe

Accueil


Translate my Forum








Bonjour !

Forums


Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 


Marque-page social

Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de Forum : Notre santé est à nous sur votre site de social bookmarking


Les fuites urinaires

Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les fuites urinaires

Message par Mayannemak le Lun 10 Oct - 1:01

Les conséquences psychologiques de l’incontinence urinaire

Qu'elle soit liée à l'effort, impérieuse, mixte, ou encore fonctionnelle, l'incontinence urinaire a souvent un impact négatif sur la qualité de vie des patients, notamment sur leur équilibre psychologique. Comment se traduit l'incontinence urinaire dans la santé émotionnelle des patients ?

Les problèmes d'incontinence urinaire entraînent l'isolement

Lorsqu’une personne est incontinente, c’est tout son fonctionnement social qui est remis en cause. Dans le milieu professionnel par exemple, un accident peut avoir de lourdes conséquences. Ainsi, une étude réalisée en 2006 a montré que parmi 3 364 femmes employées âgées de 18 à 60 ans et souffrant d’incontinence urinaire sévère à très sévère, 2 % ont dû changer de type de travail1. Quant aux sorties avec des amis ou de la famille, la difficulté consiste à dissimuler son handicap.

Les personnes incontinentes vivent donc souvent dans l’angoisse, ce qui se traduit dans la vie quotidienne par un isolement. Par crainte des mauvaises odeurs, d’être embarrassées publiquement en cas d’accident, les personnes incontinentes ont tendance à se replier sur elles-mêmes. Le fait de devoir anticiper, planifier et préparer chacun de leurs déplacements peut finir par les décourager de s’aventurer en dehors de chez elles. Quand bien même ces personnes ne s’interdisent pas de sortir, les longs voyages sont fortement compromis en raison de la difficulté d’accès à des toilettes à tout moment de la journée2. De toute évidence, l’activité sportive est, elle aussi, souvent réduite à cause des fuites urinaires qui peuvent survenir à l’effort. Ainsi, une étude a observé que 64 % des femmes souffrant d’incontinence urinaire sévère à très sévère éprouvent des difficultés à maintenir une activité physique normale3.

Des troubles de la dépression et de l'anxiété liés à l'incontinence urinaire

Les problèmes d’incontinence entraînent souvent des troubles de la dépression et de l’anxiété1. Selon une étude réalisée en 2006 au Canada, 15,5 % des femmes incontinentes souffrent de dépression2. Ce taux s’élève à 30 % chez les femmes âgées entre 18 et 44 ans et contraste avec le taux de dépression de 9,2 % chez les femmes continentes. Les femmes sont 2 fois plus nombreuses que les hommes à souffrir de dépression liée à leur incontinence urinaire1,3. Une étude réalisée en 2003 a quant à elle montré une corrélation positive entre la sévérité de l’incontinence urinaire et le risque de souffrir de dépression : les femmes souffrant d’incontinence sévère ont un risque dépressif accru de 80 % contre 40 % pour celles souffrant d’incontinence légère à modérée4. Même pour les cas d’incontinence urinaire temporaire liée à l’accouchement, une étude a révélé que les femmes incontinentes après un accouchement avaient 2 fois plus de risques de faire une dépression post-partum5.

De manière générale, les problèmes d’incontinence urinaire entraînent une dégradation considérable de la qualité de vie, équivalente à l’impact de maladies comme l’ostéoporose ou la broncho-pneumopathie chronique obstructive6. Ainsi, une étude réalisée en 20066 a montré que les femmes souffrant d’incontinence sévères étaient prêtes à payer jusqu’à 900 $ par an pour recevoir un traitement.

L'incontinence urinaire affecte l'estime de soi

Une étude a été réalisée en 2005 sur 3 364 femmes employées âgées entre 18 et 60 ans et souffrant d’incontinence urinaire sévère à très sévère1. Elle a révélé que 77 % d’entre elles souffraient d’une perte d’estime de soi liée à leur incontinence. Les personnes qui n’ont pas assez confiance en soi éprouvent des difficultés à faire des choix, à se donner des objectifs et à persévérer pour aller au bout de leurs projets. D’ailleurs, 74 % des femmes ayant répondu à l’étude ont reconnu avoir du mal à achever les tâches qu’elles se fixaient.

Dans la vie quotidienne, les personnes incontinentes éprouvent plus de peur à l’idée de s’engager dans une relation de couple2. Les blocages psychologiques sont effectivement nombreux et sont présents bien en amont, que ce soit au moment de séduire ou de se laisser séduire. La peur de la réaction de l’autre suite à l’annonce de son incontinence, la peur d’un accident devant l’autre, l’appréhension d’une relation sexuelle sont autant de préoccupations qui compliquent la mise en œuvre d’une vie de couple. L’arrivée d’enfants dans le couple peut aussi poser des difficultés dans la mesure où les parents ne veulent pas laisser paraître le handicap devant leurs enfants afin de leur donner une image aussi parfaite que possible.

_________________
Mayanne Mak
avatar
Mayannemak
Admin

Messages : 351
Date d'inscription : 17/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur http://lebienetreetanous.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Les fuites urinaires

Message par Mayannemak le Lun 20 Juin - 6:12





De nombreuses femmes souffrent d’incontinence urinaire et n'en parle à personne.
Une situation désagréable à vivre au quotidien et qui empêche les femmes de réaliser certaines activités qu'elles aimeraient faire. Elles peuvent pour commencer en parler avec des spécialistes de la santé pour qu'ils puissent les aider.



Il y a l’incontinence urinaire d’effort :



Fuites urinaires par l'augmentation de la pression abdominale dans les situations comme : le sport, l'éternuement, la toux, le rire et la marche.
L’incontinence par l'instabilité vésicale : besoin soudain et intense d’uriner, suivi d’une perte d’urine.



Les anciennes opérations chirurgicales - Les problèmes du plancher pelvien - Des problèmes d’anomalies congénitales provenant d’anomalies existantes du tissu conjonctif - Un sport de haut niveau - La constipation chronique - La bronchite chronique – les allergies – L’obésité - l’insuffisance sphinctérienne – L’irradiation - Un traumatisme direct - Infections de vessie à répétition - Brûlement lors de mictions d' origine infectieuse - une modification de la sensation de besoin.



Le nombre de mictions normales par 24 heures doit être inférieur à 8, dont 1 à 2 mictions la nuit.



Un besoin absent ou “émoussé” est un signe d’atteinte neurologique. L’absence de dysurie ou difficulté à uriner et la possibilité d’avoir des mictions sur commande sont de bons signes d’intégrité neurologique.



Les femmes peuvent : diminuer leur consommation de certaines boissons énergétiques, thé, café, chocolat. - se Tourner vers des boissons décaféinées - Éviter certains médicaments - Augmentez la consommation d’eau à raison de 4 à 5 verres par jour en plus la consommation quotidienne de liquides - Ne pas boire suffisamment rend l’urine plus concentrée ce qui peut irriter la vessie et faire uriner plus souvent - Réduire la consommation d’épices ou de sel – faire attention au poids, car un excès de poids n’aide pas aux problèmes de fuites urinaires.
Écrire sur un carnet le nombre de mictions, donne une bonne idée, lorsqu’il est fait sur une période d’une semaine.



On peut mesurer la capacité de retenir l’urine - Se documenter et quantifier la fréquence des urines - Dépister un volume d’urine trop élevé - Prendre conscience des symptômes.
Le fait de vider trop souvent sa vessie peut avoir un effet de conditionnement et en diminuer l’élasticité et la capacité du plancher pelvien.



Exercices de Kegel : pour identifier les muscles impliqués, orienter ou ralentir le jet urinaire sans aider les muscles de l’abdomen, des jambes ou des fesses. Lorsque l’on réussit à ralentir ou à arrêter le jet de l’urine, on a identifié les bons muscles.



Le système urinaire : Les muscles du plancher pelvien retiennent l’urine en fermant complètement l’urètre, le tube qui permet à l’urine de s’écouler à l’extérieur lorsque la vessie se contracte.



Le plancher pelvien se compose de plusieurs couches de muscles entre les deux jambes. Lorsque ces muscles sont solides et bien tendus, ils retiennent la vessie en place et l’empêchent de descendre.



Quand les muscles du plancher pelvien s’affaiblissent et se relâchent, ils ne sont plus capables de retenir l’urine lors d’un effort, d’un éternuement, lorsqu’on tousse ou qu’on rit, ou lorsque la vessie est trop pleine. La faiblesse des muscles du plancher pelvien peut causer l’incontinence urinaire.



Les exercices de Kegel :


• Des exercices qui renforcent les muscles du plancher pelvien afin de réduire ou de stopper les fuites d’urine.



• sont très efficaces



• Des exercices faciles et pratiques à faire à la maison.



• Il faut bien les faire et les répéter de 30 à 50 fois par jour pendant 6 à 8 semaines.
Avant les exercices
Après les exercices
Muscles faibles
Muscles forts



En premier lieu, il faut identifier les muscles du plancher pelvien. Ces muscles servent à retenir l’urine lorsqu’on a envie. Ils sont situés à l’avant de votre corps. ƒ
En position couchée, contractez et relevez les muscles autour du vagin ou du pénis comme si vous essayiez de retenir l’urine. Ne poussez pas comme pour faire une selle. Ne contractez pas vos fesses ou votre abdomen - relaxez! Insérez un doigt dans votre vagin pour bien sentir que vous contractez bien les muscles du plancher pelvien.
Quand vous sentirez bien les muscles du plancher pelvien, vous pourrez commencer les exercices de Kegel.



1) Couchée sur le dos, contractez les muscles du plancher pelvien pendant 6 secondes. Vous devriez sentir les muscles autour de votre urètre et de votre vagin se contracter à l’intérieur et vers le haut. Respirez normalement. Ne serrez pas l’estomac ni les fesses. Quand vous maîtriserez bien les exercices, commencez à les faire assis, et puis debout.



2) Relâchez complètement les muscles complètement pendant 6 secondes. Répétez l’enchaînement de relaxations et de contractions 10 fois.



3) Faites une série de 10 enchaînements contractions-relaxations à 3 reprises au cours de la journée (matin, midi et soir).



4) Vous pouvez jumeler les exercices de Kegel à vos activités quotidiennes : en vous brossant les dents, en lavant la vaisselle, en parlant au téléphone, en regardant la télévision ou à chaque fois que vous entrez dans une pièce. Ainsi vous penserez à faire les exercices de manière régulière.



5) Tenez bon – ne vous découragez pas. Vous devriez voir les premiers résultats d’ici quelques semaines. Comme n’importe quel muscle du corps, les muscles du plancher pelvien restent forts tant et aussi longtemps qu’on les fait travailler.



On peut en même temps, pratiquer la relaxation lorsque l'on ressent un besoin urgent d’uriner avant le temps prévu. - Respirer lentement et profondément, penser à la respiration jusqu’à ce que le besoin disparaisse.



Pratiquez-vous à bien faire les exercices de Kegel. Lors de votre visite de routine chez le médecin, faites vérifier que vous utilisez les bons muscles. Si vous avez de la difficulté à réaliser ces exercices, demandez à votre médecin de vous référer à un physiothérapeute spécialisé en incontinence urinaire.



Source : Cara Tannenbaum, MD, MSc Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal
 


















_________________
Mayanne Mak
avatar
Mayannemak
Admin

Messages : 351
Date d'inscription : 17/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur http://lebienetreetanous.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum