Connexion
Accueil


Translate my Forum




Forums




Bonjour !

Forums


Rechercher
Résultats par :
Recherche avancée
Flux RSS

Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 
Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de Forum : Notre santé est à nous sur votre site de social bookmarking

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Admin
Messages : 310
Date d'inscription : 17/12/2015
Voir le profil de l'utilisateurhttp://lebienetreetanous.forumactif.be

Re: La planète bleue : un jardin De vie en érosion.

le Jeu 19 Jan - 10:31

_________________
Mayanne Mak
avatar
Admin
Messages : 310
Date d'inscription : 17/12/2015
Voir le profil de l'utilisateurhttp://lebienetreetanous.forumactif.be

Re: La planète bleue : un jardin De vie en érosion.

le Mer 11 Jan - 13:33

_________________
Mayanne Mak
avatar
Admin
Messages : 310
Date d'inscription : 17/12/2015
Voir le profil de l'utilisateurhttp://lebienetreetanous.forumactif.be

La planète bleue : un jardin De vie en érosion.

le Mar 29 Mar - 5:09



- Durant des millénaires, les collectivités humaines respectent la nature et ses lois.-       Nous devons donner la capacité de vivre aux forêts pour garder l’intégrité de la terre sinon des maladies, des catastrophes et la mort surviendra.-       Tout est échange réciproque, le qu’on y fait est redoutable de conséquences.-       L’homme moderne a acquis un pouvoir croissant sur le monde naturel, elle sert de nos jours à nos besoins constants et devient indisciplinée.-       La technologie : Nous procure les ressources et nous pouvons fabriquer des biens innombrables.-       La pétrochimie : Une
production en masse de substances chimiques qui provient de la nature ex : DTT-       La génétique : Rend capable de créer des formes de vie nouvelles.-       Certaines civilisations anciennes ont un jour dépassé les limites de leur milieu écologique et laissent derrière elles des sites complètement ravagés. Des pays d’autrefois très fertiles ont été victimes de l’érosion et laisser à l’état de brousse et de désert. Mais limités dans leurs proportions et étendues.-       Ils avaient moins de techniques et moins d’activités humaines.-       Aujourd’hui les limites sont dépassées et global à toute la planète.-       Notre civilisation détruit la possibilité de vivre de nos écosystèmes de toute la planète.-       Les déchets toxiques dans le sol, cours d’eau, fleuves et nappes phréatiques du monde entier, et qui tuent la faune et la flore aquatique.- L’agriculture qui crée des déserts et qui menace tout.-       L’antarctique est en danger par l’exploitation des ressources minérales et pétrolières.-       La fabrication, utilisation et élimination des produits qui sont destructeurs. Ex : Les véhicules : fer, acier, plastique, caoutchouc, eau et substances chimiques.-       Acier : minerai de fer, il faut l’extraire (fondre et refroidir)-        Essence : puits de raffineries de pétrole-       Routes : sacrifier des espaces agricoles-       Substances chimiques nocives qui circulent sur l’homme et sur l’environnement et au terme de sa vie, il faut s’en débarrasser et cela pose problème. -       Les pesticides : qui s’introduisent dans la chaîne alimentaire, les dépôts de déchets, les explosions des réacteurs nucléaires.-       Les changement de climat : réchauffement de la terre laissent passer la chaleur du soleil et retient la chaleur de la terre et le gaz carbonique (gaz de serre)-       La pluie acide est normal et essentiel mais l’industrie à augmenté une grande quantité d’anhydride sulfureux à l’environnent et surcharge le système naturel et son mécanisme qui régularise la nature.-       Perte de poissons et du sol dans certaines parties du monde.-       La teneur en souffre des pluies acides deviennent solubles et pénètrent dans les plantes et cela est très toxique.-       Les engrais artificiels dans l’agriculture perturbent aussi : l’azote s’évapore dans l’atmosphère.-       La chaîne alimentaire est perturbée.-       Tout dépend du soleil pour vivre. Les créatures vivantes ont leur place et leur fonction.-       La plante verte qui prend le gaz carbonique de l’atmosphère, l’eau du sol, l’énergie solaire qui produit du glucose, riche en énergie. Elle dégage de l’oxygène qui est la survie des plantes et des animaux.-       Les herbivores mangent cette plante sur terre et océans. Les créatures microscopiques (zooplancton) mangent les algues.-       Les carnivores mangent les herbivores.-       Les décomposants : bactéries et moisissures désagrègent les matières mortes et les recyclent.-       Les herbivores et les carnivores inhalent de l’oxygène et dégagent du gaz carbonique.-       Les herbivores par leur fumée, nourrissent les coléoptères, les champignons et bactéries et delà les excréments procurent la nourriture des plantes.-       Ce processus d’échanges garde la stabilité des écosystèmes, ceux-ci sont très fragiles. Lorsqu’il est perturbé, désorganisé cela provoque des répercutions imprévues et destructrices.-       Détruire 1 seul prédateur cela provoque un accroissement du nombre de ses proies (fléau) Le recyclage des substances nutritives est perturbé et l’écosystème se dégrade     -       Eliminer une  espèce vivante ou y introduire une espèce lui étant étrangère bouleverse celui-ci, l’espèce étrangère sans prédateur naturel qui croît beaucoup est difficilement gérable.-       Les produits chimiques dans la nature sont inoffensifs et les organismes vivants en ont besoin pour leur santé mais en excès cela provoque des dégâts. Ex : les plantes et l’azote en excès, elles se multiplient trop dans les écosystèmes aquatiques cela est désastreux.-       Les engrais artificiels qui n’ont aucun rôle naturel : nitrate et phosphore, les vidanges ménagères et animalières suralimentent les tapis d’algues qui captent la lumière du soleil, meurent et pourrissent. Et ces organismes consomment l’oxygène. Ils rendent la faune aquatique désertique et augmentent les bactéries qui se nourrissent de ses nutritions (faune)-       Les poissons s’oxygènent dans l’eau s’y asphyxient leur corps qui se putréfie et se mélange à cette mélasse en décomposition.-       Des produits chimiques : certains médicaments provoquent le cancer, altèrent l’information génétique et endommagent l’ ADN : Malformations congénitales. La plupart sont nocif à la santé et sont étrangers à la vie.-       Les pesticides et insecticides sur le sol ou dans l’atmosphère.-       Ce que les industries crachent ou déchargent dans l’eau ont des effets nocifs sur les humains et l’environnement et qui passent dans la chaîne alimentaire d’où les cancers, malformations, défauts génétiques chez les animaux (prédateurs)-       Les radiations : ceux naturelles de l’espace (substances radioactives) L’uranium, potassium et le thorium dans les rocs, sol, eau de mer, aliments. Mais on dispose de mécanisme d’auto-défence pour combattre leurs effets. A dose supplémentaire artificielle cela n’est pas inoffensif, il y a plus de maladies (cancer, altérations génétiques)-       L’écosystème en souffre de ses croissances en substances radioactives.
-       Les explosions des engins nucléaires dans l’atmosphère (poussières radioactives : plutonium qui est cancérigène (poumon). Leurs effets restent nocifs durant des 10ène de milliers d’années. Les centrales nucléaires : sources d’électricité : (uranium) qui amènent des résidus sur le sol (rayonnement radioactif) substances radioactives dangereuses et où les mettre. Elles provoquent de graves dommages au milieu naturel plus les accidents de centrales(explosion)-       Les espèces : faune et flore disparaissent de la terre. Ex : le chêne pour la vente du bois.-       La destructions de l’habitât : forêts, marécages, coraux, plaines, mers, océans… Tous pollués. Les animaux qui en dépendent disparaissent à jamais.-       Les parcs naturels : régions réputées pour la richesse de la flore et la faune. Ils hébergent moins d’espèces que sur les continents. Une grande réserve est plus nécessaire pour la préservation. -       Même lorsqu’une espèce réussit à survivre au morcellement et à la dégradation de son milieu le nombre de ses représentants est réduit car elle n’est pas en mesure de maintenir une population qui se reproduit ce qui supprime la diversité génétique de ces espèces et les rend moins aptes à s’adapter aux changement de l’environnement : pollution et appauvrissement du milieu. La chaîne alimentaire est perturbée, le lien entre les espèces rompus et l’écosystème est de plus en plus vulnérable.-       Au fur et à mesure que s’éteignent les espèces une réaction en chaîne s’amorce. Où que l’on pose les yeux, on voit la dévastation causée par les activités humaines.-       L’effet de serre : agonie des mammifères marins, dépérissement des arbres en Europe et en Amérique du nord, bouleversement du climat-       1984 : trou dans la couche d’ozone au dessus de l’antarctique provoquer par l’industrie.-       1987 : il atteint la hauteur du mont Everest, la taille du trou est aussi vaste que les États-Unis.-       L’ozone est ramenée rapidement à l’état d’oxygène par les substances hautement réactives : le clore, le monoxyde d’azote qui provoquent une réaction en chaîne. (1 molécule de clore décompose des milliers de molécules d’ozone)-       Les mois d’hiver dans l’atlantique les vents polaires en tournant autour du pôle sud se forment des cristaux de glace dans les nuages de la stratosphère et là une surface de clore se dépose. Au printemps plus chaud les cristaux de glace fondent et les atomes de clore sont libérés et attaquent l’ozone. On remarque une perte d’ozone dans des régions très éloignées du tourbillon du pôle sud.-       La couche d’ozone protège la vie des rayons du soleil. Les ultraviolets à ondes courtes sont absorbés par l’ozone. Ces rayons sont responsables de certains cancers de la peau, la cataracte du cristallin et l’affaiblissement du système immunitaire et de l’écosystème : les plantes.-       Dans les zones agricoles où l’on a utilisé de fortes doses d’engrais peuvent être gravement atteints.-       La vie marine est aussi sensible (phytoplancton) ex : le krill (petite crevette) si il lui arrive de disparaître l’écosystème tout entier peut s’effondrer. -       L’augmentation du gaz carbonique dans l’air par les combustibles fossiles, amène un réchauffement de l’atmosphère.-       L’effet de serre : cela est naturel. Le gaz carbonique, vapeur d’eau méthane et protoxyde d’azote : sans cela la terre serait 30° plus froide. Ces gaz permettent à l’énergie qu’émet le soleil de les traverser mais ils retiennent les rayons infrarouges que renvoie la surface de la terre. -       Aujourd’hui ces gaz dans l’atmosphère augmentent rapidement par la carburation de combustibles fossiles et de la destruction des forêts. Les engrais azotés, les nombreuses rizières, les nombreux troupeaux, les productions de gaz synthétiques nouveaux. Les cloroflyorocarobonnes qui subsistent 1 siècle et plus, retiennent les rayons infrarouges 100 fois plus que le gaz carbonique. Le méthane (marécages, rizières, décharges publics, carburants végétaux et excréments des animaux. L’ozone dans l’air, le soleil et les hydrates de carbone, les oxydes d’azote, industries et véhicules. Vapeur d’eau dans l’atmosphère, l’échappement de avions Ceux-ci augmentent la T° terrestre, ralenti ou accéléré par un changement de la distribution des nuages. Un accroissement de la vapeur d’eau dans l’atmosphère, le déplacement de la limite des nuages et des glaces, le contrôle des émissions de gaz qui exercent un effet de serre ces T° différent selon les régions : plus fort aux pôles qu’au tropiques.-       Elévation du niveau de la mer : expansion des océans se réchauffant, fonte des glaciers et calottes de glace de Grœnland de l’antarctique. 1 mètre en plus au niveau de la mer et des millions de personnes seront affectées.-       Les tempêtes, l’intrusion d’eau salée dans les embouchures des fleuves. L’élévation du niveau de la mer et de la T° affecterait les écosystèmes des zones marécageuses.-       Les modifications de la surface de la terre : T° plus élevée aux pôles : extinction des espèces polaires (ours, morses) fonte de la couche de glace (arctique). Tue les algues : nourriture des poissons, oiseaux, phoques (glace : plate forme pour chasse et reproduction) Mers polaires se réchauffent, modifient les courants océaniques du globe et réduisent les réserves de poissons. Les arbres incapables de survivre : T° tiède. La toundra, la forêt boréale, forêts tempérées se déplaceront vers le nord : signe critique du rythme de l’extinction des espèces et les animaux devront migrés en même temps entravés par les routes, villes, les déserts agricoles et les chaînes de montagnes. Les parcs naturels pièges : prédominance humaine.-       Réactions en chaîne au réchauffement : le méthane : des milliards de tonnes dans la toundra arctique se dégagera dans l’atmosphère alternativement avec la fonte des glaciers. Les forêts et les terres boréales, le carbone organique de la terre s’y trouve. Les forêts meurent et le sol se dessèche et le gaz carbonique va dans l’atmosphère. La calotte glacière se rétrécit, la chaleur réfléchie dans l’atmosphère diminue. Réchauffement des océans et accroissement de l’exposition aux UV diminution de la couche d’ozone car la production de planton diminue et n’absorbe plus le gaz carbonique de l’atmosphère et cela accélère le réchauffement. Augmentation de vapeur d’eau dans l’atmosphère (gaz de serre) sont aptitude à capter la chaleur devient plus grande autour de 27° de la mer. Alors la T° du de la terre augmente 3 à 4 fois plus haut. Saut climatique : l’atmosphère ne réagit pas à l’accroissement des polluants, se produit alors un changement global, climat nouveau et imprévisible. Les limites de son système régulateur causent une forte agression, la terre passera d’un bond dans un nouvel environnement stable où certaines espèces connues actuellement seront éliminées.
Pollutions. Quelle qualité d’air avons nous ?
De nombreux polluants dans l’air que nous respirons: le pollen: particule plus grosse est arrêtée dans la trachée ou avalées. 
L’ammoniac etc. Les plus petites particules de combustion des fours des usines, chaudières, barbecues, etc.
Des résidus de freins ou de frottements de pneus sur nos routes. Les voitures au diesel, c’est le pire. Ces fines particules partent vers le coeur, des inflammations des poumons et hypertension en sont les symptômes.
Il paraît que les pics d’ozone sont en diminution. En 2003, le gaz à effet de serre durant les jours de canicules a tué beaucoup de personnes âgées: insuffisances respiratoires, arrêt cardiaque, etc.
Les personnes âgées et bébés doivent alors rester à l’intérieur des habitats et ne pas faire d’excès. Les sportifs ne doivent pas faire d’efforts violents et faire attention aux essoufflements, picotements des yeux, de la gorge et aux maux de tête. le dioxyde d’azote du diesel procure les même symptômes. La concentration d’ozones sont plus larges et plus fréquents qu’avant. Donc rien n’est gagné!











Dernière édition par Mayannemak le Jeu 19 Jan - 10:30, édité 1 fois
Contenu sponsorisé

Re: La planète bleue : un jardin De vie en érosion.

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum