Connexion

Récupérer mon mot de passe

Accueil


Translate my Forum








Bonjour !

Forums


Derniers sujets
» Le cancer de la prostate
Aujourd'hui à 5:28 par Mayannemak

» La gelée royale
Dim 15 Oct - 23:38 par Mayannemak

» Indicateurs du changement climatique
Dim 15 Oct - 16:01 par Mayannemak

» Le rhume
Mer 11 Oct - 5:43 par Mayannemak

» Les médicaments chimiques
Mer 11 Oct - 5:35 par Mayannemak

» -- Le deuil --
Mer 4 Oct - 10:19 par Mayannemak

» Les aliments alcalinisants et acidifiants
Lun 2 Oct - 3:30 par Mayannemak

» Aliments curatifs puissants
Sam 30 Sep - 6:53 par Mayannemak

» Endométriose
Mer 27 Sep - 5:20 par Mayannemak

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 


Marque-page social

Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de Forum : Notre santé est à nous sur votre site de social bookmarking


Dossier combattre l’arthrose

Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Dossier combattre l’arthrose

Message par Mayannemak le Mer 17 Mai - 23:02


Arthrose : ce que vous mangez peut être à l’origine de la maladie

Une nouvelle étude britannique met en garde contre deux erreurs que l'ont fait souvent responsables des inflammations causant des douleurs articulaires : mal manger et ne pas faire de sport.

Manger ou bouger il faut choisir. Une nouvelle étude menée par les chercheurs de l'université de Surrey (Grande-Bretagne) explique que le déclenchement de toutes les maladies articulaires liées à une inflammation peut être influencée par une mauvaise alimentation combinée à un manque d'exercice. «Il est important d'arrêter de croire que l'arthrite ou l'arthrose par exemple sont uniquement une conséquence de l'âge», insistent les auteurs de l'étude.
Manger trop gras ou trop sucré entraîne des inflammations dans les articulations

L'arthrose est une maladie chronique qui touche les articulations et réduit la mobilité du patient. Après avoir suivi les cas de plusieurs volontaires, les chercheurs les ont séparé en deux groupes. Ceux en bonne santé et ceux souffrant d'une maladie articulaire. En passant au peigne fin leurs habitudes de vie et leurs régimes alimentaires, les chercheurs ont noté que parmi ceux touchés par la maladie la malnutrition et le manque de sport impliquent une «reprogrammation» des cellules situées dans les articulations. Un changement responsable d'une surproduction de glucose dont l'organisme a du mal à se débarrasser et cause des inflammations au niveau des articulations les rendant douloureuses moins flexibles.

_________________
Mayanne Mak
avatar
Mayannemak
Admin

Messages : 336
Date d'inscription : 17/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur http://lebienetreetanous.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dossier combattre l’arthrose

Message par Mayannemak le Ven 17 Mar - 4:30


La vérité sur les médicaments anti-arthrose

Un tiers des Français souffrent actuellement de douleurs articulaires (arthrose). Ce chiffre impressionnant grimpe à plus d’un Français sur deux chez les plus de 50 ans !

L’arthrose signifie qu’il faut vivre avec une sorte de pointe en acier qui s’enfonce dans votre hanche, votre dos ou votre genou, dès lors que vous marchez ou descendez des escaliers par exemple.

Chaque jour qui passe accentue la douleur.

Et l’arthrose peut aussi toucher la hanche, le coude, le poignet, les doigts, la colonne vertébrale.

En réponse à cette atteinte généralisée, les anti-inflammatoires (Ibuprofène, Indocin) sont parmi les médicaments les plus prescrits par les médecins.

Le problème est que ces anti-inflammatoires se retrouvent aussi au premier rang des médicaments iatrogènes, c’est-à-dire responsables d’effets indésirables potentiellement graves :

    Sur le plan digestif (ulcère, gastrite)

    Rénal (insuffisance)

    Cutané (éruptions)

    Et même cardiovasculaire (hypertension artérielle, troubles de la coagulation…)

Faut-il vraiment prendre tous ces risques quand on sait qu’il existe un traitement naturel contre l’arthrose, sans effets secondaires, qui permet de réduire la douleur de façon incroyable ?

Il s’agit d’une combinaison de trois substances naturelles dont il est prouvé scientifiquement que, quand vous les avalez, elles servent à reconstruire le cartilage.

Les deux premières, le sulfate de glucosamine et le sulfate de chondroïtine, agissent en complémentarité et atténuent les symptômes de l’arthrose dans 80 % des cas !

Selon une toute récente étude clinique internationale, l’étude « The Moves » réalisée en 2014, les effets conjugués de la chondroïtine et de la glucosamine sont comparables à ceux obtenus avec des anti-inflammatoires – sans les effets indésirables.

Et ce n’est pas tout !

La meilleure arme contre l’arthrose est un produit naturel qui, dans une étude en double-aveugle (l’étalon or de la recherche scientifique), a montré une réduction de 82 % de la douleur chez les patients arthrosiques après 6 semaines.

Il s’agit du méthyl-sulfonyl-méthane (MSM).

Le MSM n’est pas toxique et ne présente pas d’incompatibilité avec les médicaments.

Mais encore faut-il connaître aussi les dosages précis, les meilleures sources, les erreurs nutritionnelles à ne pas commettre (car elles annuleraient l’effet du produit).

Toutes ces informations exclusives figurent bien sûr dans notre Guide secret des remèdes naturels. Vous vous doutez bien que les grands laboratoires ne vont pas rester les bras croisés en découvrant que ces informations sont aujourd’hui accessibles au grand public.

Mais tant pis ! Nous prenons nos responsabilités : le tout médicament a fait assez de mal, en enfermant trop de malades dans des protocoles de soins inefficaces et dangereux.
Ne plus se taire face aux mensonges

Assez ! de voir une médecine qui se contente de délivrer des ordonnances sans prendre le temps d’écouter l’histoire (anamnèse) du patient.

Assez ! de voir des laboratoires faire pression (on dit poliment « faire du lobbying ») pour continuer à vendre des médicaments dont ils connaissent pourtant l’inefficacité et les dangers.

Assez ! de voir qu’il existe des traitements au potentiel thérapeutique immense pour des maladies mortelles, qui sont cachés parce qu’ils ne rapportent pas d’argent.

Il est plus que temps que le public le plus large, patients, malades ou toute personne simplement intéressée par sa santé puisse accéder GRATUITEMENT à la VÉRITÉ médicale.

Il suffit pour cela de demander aujourd’hui votre Guide secret des remèdes naturels.

Quand vous l’aurez reçu, je vous recommande de vous rendre sans attendre à la page 65.

C’est là que vous comprendrez pourquoi, comme je vous le disais plus tôt, la fin du cancer est envisageable d’ici 5 ans.
La « fin du cancer » ?!??

Oui, vous avez bien lu : grâce à une thérapie révolutionnaire, le compte à rebours a désormais commencé.

Le plus incroyable est que cette thérapie repose sur une idée simple et naturelle : la meilleure arme contre le cancer n’est pas la chimie toute puissante, elle vient de l’intérieur de nous-même…

Et vous allez comprendre pourquoi cela change tout.
La meilleure arme contre le cancer est naturelle

Il faut simplement avoir en tête le principe suivant : une cellule cancéreuse n'est pas une cellule normale, c'est une cellule malade. Notre organisme le sait bien et il le détecte : il a le pouvoir d'attaquer les cellules cancéreuses pour les détruire.

Très souvent, ce processus fonctionne car il a lieu suffisamment tôt. Et c'est ainsi que nous développons tous des cancers au cours de notre vie sans jamais le savoir : ils ont déjà été détruits par notre système immunitaire.

L’idée est alors d’apprendre à notre organisme à mieux repérer et traiter les cellules cancéreuses.

C’est ce qu’on appelle « l’immunothérapie », qui se présente aujourd’hui sous deux formes :

    L'injection de molécules inflammatoires qui stimulent directement l'immunité (interféron, interleukine 2). Il s'agit de substances initialement produites naturellement par notre organisme.

    L'injection d'anticorps obtenus par génie génétique, les « anticorps monoclonaux » (trastuzumab, bevacizumab, cetuximab, etc.) dirigés contre certaines protéines des cellules cancéreuses.

Malheureusement, ces immunothérapies souffrent aussi d'effets secondaires parfois sérieux (même si cela reste incomparable avec les chimio ou radiothérapie).

Voilà pourquoi l'avenir se trouve probablement dans une autre forme d'immunothérapie, qui a ceci de singulier qu'elle est naturelle et qu'elle ne provoque aucun effet secondaire.
100 % des femmes cancéreuses encore en vie !

Le principe est simple : prendre des lymphocytes chez un malade du cancer, les cultiver pour en obtenir un très grand nombre, vérifier qu'ils réagissent bien en présence de la tumeur, puis les réinjecter chez le malade.

En d’autres termes, il s’agit de traiter le cancer en mobilisant les lignes de défense de notre propre organisme après en avoir décuplé la puissance naturellement. C'est ce qu’on appelle « l'immunothérapie autologue ». Ses résultats sont saisissants :

    Au Japon, une synthèse de données sur plus de 1400 malades a montré qu’elle améliorait les chances de survie de 30 % comparativement aux traitements classiques.

    Dans une autre étude, 100 % des femmes qui avaient bénéficié de l'immunothérapie étaient encore en vie au bout de 3 ans contre seulement 67,5 % chez celles ayant suivi un traitement classique.

Le livre qui brise enfin le silence

Mais vous découvrirez qu’il existe aujourd’hui des raisons sidérantes qui retardent la mise en place de l’immunothérapie.

L'intelligence de cette thérapie en fait pourtant une méthode efficace sur tous les cancers et il est probable que l'amélioration de la technique pourrait conduire à des protocoles n'utilisant que cette immunothérapie, sans chimio ni radiothérapies complémentaires.

Le dossier intégral à lire dans le Guide secret des remèdes naturels vous fera découvrir de nombreuses autres pistes thérapeutiques contre la maladie et vous comprendrez aussi pourquoi l’industrie du cancer fait tout pour retarder la mise en place de l’immunothérapie.

De quoi se décourager ? Non, au contraire !

Cela nous donne une obligation en commun : faire connaître ces thérapies, en parler autour de nous, à nos proches, à notre médecin, pour que les grands médias s’y intéressent enfin et qu’on facilite les travaux des groupes de recherche qui poursuivent dans cette direction.

Car, heureusement, des chercheurs continuent d’avancer. C’est grâce à eux que parfois on entend parler de « la fin du cancer ».

Et ce n’est pas une vaine promesse, comme vous allez le découvrir dans le Guide secret des remèdes naturels.
Votre livre en cadeau aujourd’hui

J’insiste pour vous rappeler que si vous vous inscrivez aujourd’hui, ce livre vous sera envoyé gratuitement.

Vous recevrez immédiatement ce livre de 150 pages truffé d’informations de pointe sur la santé naturelle. Des informations qui peuvent littéralement changer votre vie.

Mais jugez plutôt vous-même :
Page 27 :
Diabète, 27 plantes plus efficaces que les médicaments

Dans des études récentes, des plantes ont montré pour le diabète de type 1 que le défaut de sécrétion d’insuline par le pancréas (phénomène supposé irréversible) peut faire l’objet d’une réactivation ! C’est le cas de la cannelle de Ceylan, du ginseng américain, du melon amer pour ne parler que d’eux

D’autres épices, qui se trouvent déjà dans vos étagères de cuisine, préviennent également la maladie diabétique. Vous découvrirez :

    Celles qui ont des propriétés scientifiquement prouvées d’action contre le diabète

    Les associations à privilégier entre elles (par exemple ajouter du poivre noir au curcuma)

    Le dosage efficace à la pincée de poudre de graine près

    Les éventuelles interactions médicamenteuses à considérer avec prudence.

Page 47:
Alzheimer… réversible !!!

Une nouvelle thérapie a montré pour la première fois que, même dans le cas de la terrible maladie d’Alzheimer, la perte de mémoire peut être réversible.

Oui, « réversible », vous avez bien lu ! Il ne s’agit pas de “retarder” ou de “ralentir” la maladie, mais bien de changer le cours de son évolution.

9 patients sur 10 (soit 90 % !) soumis à cette thérapie sensationnelle ont vu leurs capacités cognitives améliorées de façon impressionnante.

Comment ? Vous découvrirez le programme détaillé de cette thérapie en 16 points, incluant des restrictions alimentaires (suppression du gluten, des plats préparés, horaires précis de jeûnes quotidiens, etc.), la prise de suppléments (20 mg de vitamine B6 par jour, 2000 UI de vitamine D3 par jour, 200 mg de CoQ10 par jour…) mais aussi l’achat d’un produit qu’on trouve dans n’importe quel supermarché, et auquel on ne pense jamais !

Toutes les indications pour réduire les douleurs pelviennes, seins lourds ou sensibles, ballonnements, rétention d’eau, maux de tête, irritabilité, fatigue.
Page 87 :
Eczéma, avez-vous essayé les plantes drainantes ?

La saponaire, la pensée sauvage, le pissenlit ou la feuille de cassis… On peut les consommer seules ou en mélange, en cure de 1 à 2 mois, en infusion, en extrait fluide ou alcoolique à boire dans l’eau. Le bourgeon de cassis en macérât glycériné est utile pour équilibrer le terrain allergique et diminuer l’inflammation. La recette vous est détaillée dans le guide.
Page 91 :
La meilleure stratégie antistress est…naturelle !

En association avec les méthodes psycho-émotionnelles ou utilisées seules, les plantes devraient représenter le permier remède avant tout recours aux anxiolytiques pour traiter l’anxiété. Vous allez découvrir pourquoi.
Page 113 :
Une vision d’aigle jusqu’à la fin de sa vie !

Contre le vieillissement oculaire, découvrez les trois substances naturelles qui protègent de la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge), mais aussi de la cataracte.
Page 127 :
Repérer le début d’une maladie dégénérative

Si vous avez des vertiges, des engourdissements, que vos bras et vos jambes ne semblent plus vous répondre… l'angoisse diffuse monte, peut-être est-ce une maladie dégénérative. Mais il y a une autre explication possible : une rare carence en vitamine E. Découvrez les 5 signes précis qui vous permettent de faire la différence.
Page 135 :
La plante qui mériterait d’être décorée par la ministre de la Santé

Une petite infirmière de tous les jours, à cultiver sur le rebord de son balcon, qui régule la transpiration, agit comme antidépresseur léger, antiseptique et antioxydant.
Etc.
Mais ce n’est pas tout !
Également inclus :
la revue Révélations Santé & Bien-Être

Si vous demandez aujourd’hui votre Guide secret des remèdes naturels, je vous enverrai EN PLUS la nouvelle revue Révélations Santé & Bien-Être, à l'essai pendant trois mois.

Avec Révélations Santé & Bien-Être, vous recevez dans votre boîte aux lettres la crème de la crème des remèdes naturels issus des équipes de recherche les mieux informées sur le cancer, le cholestérol, les maladies chroniques, la dépression, la ménopause, les problèmes respiratoires, etc.

Vous ne ratez aucune révélation utile et vous ne lisez que ce qui en vaut vraiment la peine.

Comme par exemple toutes ces maladies aujourd'hui traitées par des médicaments peu efficaces ou dangereux, qui pourraient être soignées par la phytothérapie (médecine par les plantes) :

    En cas d’insomnie, boire une tisane d’Eschscholzia californica est un puissant inducteur de sommeil naturel

    Face à la rhinite et l’asthme allergique, les macérâts de cassis ou d’églantiers sont des combattants hors pair

    La lavande est plus efficace qu’un antidépresseur

    Contre le stress, le totum du ginseng explique sa supériorité absolue sur les médicaments.

Ces conseils reposent sur une information scientifique solide, des références indiscutables et de très nombreux témoignages de patients.

Vous vous protégez ainsi contre la désinformation médicale qui sévit aujourd’hui, notamment sur Internet, et qui peut avoir des conséquences gravissimes.

Le meilleur exemple publié dans Révélations Santé & Bien-Être est sans doute le GIGANTESQUE MENSONGE qui persiste sur le cholestérol et qui pourrit la santé de millions de Français qui prennent des statines (médicaments anticholestérol).
Cholestérol : Révélations Santé & Bien-Être dénonce l’arnaque du siècle

Le premier mensonge est d’avoir fait passer le cholestérol pour le diable en personne. Comme si ce lipide, naturellement présent dans notre corps, n’avait aucune autre utilité que de nous boucher les artères.

Vous m’excuserez mais il nous faut ici donner une (courte) explication technique pour que vous compreniez bien mon propos :

Nous sommes composés d’environ 100 000 milliards de cellules et chaque cellule est entourée d’une membrane composée de lipides. Or le cholestérol est un composant vital des membranes cellulaires qui joue un rôle fondamental :

    Dans leur stabilité.

    Dans leur fluidité. Plus une membrane cellulaire est rigide, plus elle fige l’activité de toutes les protéines qui la hérissent comme des antennes : transporteurs, récepteurs… Ces derniers permettent de faire circuler les nutriments de l’extérieur à l’intérieur des cellules, et aux cellules et organes de communiquer entre eux.

    

Le cholestérol est également :

    Indispensable pour la vitamine D

    Indispensable pour la coenzyme Q10

    Indispensable pour la DHEA, dont le Pr Etienne-Emile Beaulieu a montré qu’elle était une hormone anti-âge.

Pour résumer, faire baisser le cholestérol peut altérer les capacités de la plupart des fonctions des membranes cellulaires, que ce soit le transport de nutriments ou la communication entre les organes.

Maintenant, voyons concrètement ce que ça veut dire :

    Par exemple, si les récepteurs aux neurotransmetteurs du cerveau qui nous permettent d’être attentif, de mémoriser, sont moins actifs ? Les capacités de mémorisation déclinent. C’est exactement ce que l’on constate chez nombre de consommateurs de statines.

    De même, la quantité de récepteurs à l’insuline capables de fonctionner chute, cela favorise l’intolérance au glucose, le prédiabète, puis le diabète.

C’est pourquoi les études récentes montrent que les statines augmentent les risques de diabète, lui même un facteur de risque cardiovasculaire, mais aussi d’immunodépression, de vieillissement accéléré et même de cancers !

Pour résumer, les statines n’ont aucun effet positif pour vous protéger d’un infarctus (mais une liste presque infinie d’effets secondaires : troubles du sommeil, des muscles, de la mémoire, augmentation des cancers, du diabète, de la dépression et de toutes sortes de troubles neurologiques, etc).

Mais alors pourquoi continuer à prescrire des statines ?

Il suffit que je vous donne un chiffre et vous allez comprendre : l’anticholestérol Tahor a rapporté 130 milliards de dollars (cent trente milliards !!! Je l’écris en lettres tellement c’est énorme) depuis son lancement en 1997…

Cela méritait bien quelques arrangements avec la vérité…

Le pire est qu’il existe là encore de nombreux moyens naturels et gratuits de limiter son risque cardiovasculaire. Le protocole précis est bien sûr détaillé dans nos éditions.

Vous y découvrirez également la saisissante découverte d’une équipe de recherche Française qui ose poser la question qui fait trembler l’industrie du médicament : « Et si le cholestérol préservait du cancer » ?

Vous vous doutez peut-être déjà de la réponse, mais vous allez voir qu’il y a d’autres excellentes surprises.
Des dizaines de percées majeures pour votre santé

En vous inscrivant aujourd’hui, vous recevrez donc :
 

Votre Guide secret
des Remèdes naturels
GRATUIT     +    
La nouvelle revue Révélations Santé & Bien-Être
Avec 3 mois d'essai


Il s’agit vraiment de la meilleure offre que je peux vous proposer afin de vous faire découvrir des remèdes qui peuvent vous changer la vie.

La preuve ? Rien que ces dernières semaines, notre équipe a déjà publié des dizaines de percées majeures capables de réduire la douleur et soigner des maladies. N’attendez pas pour les découvrir :
Soulager la migraine naturellement

La consommation abusive ou prolongée d’antalgiques peut transformer le mal de tête en un état permanent.

Avant d’en arriver là, explorez plutôt la relaxation, le yoga, l’hypnose, l’acupuncture, l’homéopathie ou la phytothérapie (artichaut, fumeterre, romarin, chardon-marie etc.).

Découvrez les associations de plantes adaptées à différents types de douleurs, avec bien sûr la posologie, la durée de traitement et, dans certains cas, l’intervalle d’attente nécessaire entre deux prises.

Faites connaissance avec la Reine du calme retrouvé, la partenelle. Un de ses composants (le parthénolide) lui donne une activité antimigraineuse que la science explique désormais parfaitement. Un traitement selon une posologie précise – que nous vous détaillons bien sûr – prévient les crises migraineuses. De nombreux médecins phytothérapeutes l’utilisent avec 80 % d’effets positifs s’il est poursuivi assez longtemps.
Allergies : imitez nos grand-mères

Pour nos grand-mères, le printemps était l’époque des bals de village, de la cueillette des fleurs et de la rencontre d’un nouveau fiancé.

Pour leurs petites-filles d’aujourd’hui, c’est une autre histoire. Le printemps, c’est le bal des pollens, des rhinites, des crises d’asthme. Adieu les fleurs, les accordéons, les baisers sous les tonnelles et bonjour nez qui coule, rhinorée aqueuse, éternuements et autres démangeaisons exaspérantes.

C’est que nos grand-mères savaient quelque chose que nous avons oublié.

Leur immunité exceptionnelle ne devait rien au hasard ! Vous verrez ce qu’il faut faire (et surtout ne pas faire) pour renforcer votre propre immunité contre les allergies saisonnières.

Face à la rhinite et l’asthme allergique, découvrez un plan de bataille efficace grâce à une légion de combattants naturels hors pairs : le plantain, les macérâts de cassis et d’églantier ou encore l’huile essentielle de matricaire (pour ne parler que des grands généraux qui vont livrer la bataille).

Ainsi que quelques autres secrets étonnants...
Ostéoporose : avez-vous suivi ces 4 étapes ?

Si vous souffrez de fragilité osseuse, n’écoutez surtout pas les géants de l’industrie alimentaire qui veulent nous faire croire qu’il suffit de consommer assez de laitages riches en calcium pour prévenir cette maladie osseuse.

La santé du squelette dépend en réalité de 4 étapes cruciales, largement détaillées dans notre guide.

En particulier, le recours aux plantes minéralisantes est essentiel : luzerne, cataire, prêle, avoine, menthe, trèfle rouge, framboisier, etc.

Certains facteurs, en particulier l’acidité de l’estomac, sont déterminants pour une bonne absorption des minéraux au travers de la paroi digestive. Les médicaments antiacides peuvent contribuer à l’ostéoporose et sont responsables d’un risque accru de fractures.

Si vous avez entendu parler du natto, un aliment traditionnel japonais à base de fèves de soja fermentées, vous verrez qu’en dépit d’un inconvénient gênant (hum), il est une source naturelle de vitamine K2 sans équivalent…
Radiothérapie : urgence protection !

Le principe de la radiothérapie vise à détruire toutes les cellules malignes responsables du cancer, à bloquer leur capacité à se multiplier de manière anarchique tout en épargnant les tissus sains périphériques.

Même si les cellules saines ont une aptitude à se réparer que n’ont pas les cellules cancéreuses, et malgré des rayonnements de plus en plus ciblés, les tissus sains proches de la zone traitée seront malgré tout atteints.

Certaines huiles essentielles et végétales (niaouli, tea-tree, etc.) permettent de diminuer les lésions et de faciliter la cicatrisation et la régénération des tissus cutanés.
Flore intestinale : dernières informations sur les probiotiques (mauvaise nouvelle)

Pour 30 à 40 % des patients, ils accentuent le risque de problèmes bucco-dentaires, la prise de poids et le reflux. Découvrez qui est concerné et comment savoir s’il faut ou non prendre des probiotiques en cas de troubles digestifs. Etc.
[/justify]

_________________
Mayanne Mak
avatar
Mayannemak
Admin

Messages : 336
Date d'inscription : 17/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur http://lebienetreetanous.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dossier combattre l’arthrose

Message par Mayannemak le Lun 10 Oct - 1:09

L’arme fatale contre l’arthrose

Je veux en effet vous parler d’un dossier exceptionnel écrit par le Dr. Luc Bodin
Vous allez y découvrir une approche radicalement nouvelle pour venir à bout des douleurs articulaires les plus handicapantes.

Celles qui touchent la hanche, le coude, le poignet, les doigts, la colonne vertébrale etc. Celles qui empêchent de marcher, de courir, de jardiner, de tenir son chien en laisse ou de serrer ses petits-enfants dans ses bras.

La teinture-mère de cassis (ribes nigrum), à raison de 100 gouttes deux fois par jour dans un peu d’eau avant les repas (en respectant bien nos conseils d’utilisation) ;

Mais aussi la reine des prés, le peuplier, l’ortie, le saule blanc, la vergerette du Canada (les détails précis et la posologie sont bien-sûr dans le dossier)

Vous verrez que certaines huiles essentielles bien choisies, que l’homéopathie, proposent également des remèdes capables d’agir sur la douleur et le terrain arthrosique. Rhus tox 4CH pour des douleurs améliorées par un dérouillage et aggravées par l’humidité ; Arnica 4CH, Bryonia 4CH et Ruta grav 4CH sont plus adaptées, vous le verrez, à d’autres cas très pénibles…

Le Dr. Luc Bodin vous parle d’une approche fascinante, qui replace chaque patient au centre du processus de guérison.

Car ce ne sont pas les radios ou les prises de sang qui disent aux personnes comment elles vont ; c’est ce qu’elles sentent au fond d’elles-mêmes. Cela exige, vous le verrez, des changements sur des plans parfois très inattendus afin d’atteindre la véritable guérison.

Force de la pensée, symbolique de la maladie (vous êtes-vous demandé pourquoi certains souffrent de la hanche quand d’autres ressentent une douleur au genou ou au pied ?), auto-massages (Vessie 62, Triple réchauffeur, etc.), visualisation…

A condition d’ouvrir son esprit, les résultats de l’approche énergétique contre l’arthrose peuvent être STUPEFIANTS.







_________________
Mayanne Mak
avatar
Mayannemak
Admin

Messages : 336
Date d'inscription : 17/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur http://lebienetreetanous.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Dossier combattre l’arthrose

Message par Mayannemak le Jeu 14 Jan - 3:57


“Quand quelqu’un désire la santé, il faut d’abord lui demander s’il est prêt à supprimer les causes de sa maladie.
Alors, seulement, est-il possible de l’aider.” Hippocrate
L’arthrose est une maladie métabolique dégénérative caractérisée par une usure, une destruction du cartilage qui devient de plus mince, de plus en plus friable et par l’apparition à l’extrémité des os d’épines osseuses appelées ostéophytes, ou plus communément becs de perroquets lorsqu’elles se situent sur la colonne vertébrale.
La médecine naturelle représente une conception alternative d’une réelle efficacité. Grâce à certaines thérapeutiques non classiques, de nombreux arthrosiques prétendus incurables ont vu leurs troubles s’atténuer ou même disparaître ; mais il leur a généralement fallu accepter en contrepartie de modifier leur hygiène de vie.
° L’usage thérapeutique de l’argile remonte à de temps immémoriaux et, même si ce n’est pas une panacée, de nombreux malades ont peu témoigner que l’argilothérapie avait réellement amélioré leur état. Pour soigner l’arthrose les spécialistes conseillent d’appliquer un cataplasme froid d’argile verte sur la zone douloureuse. Laissez agir pendant environ une heure. Répétez ce geste trois ou quatre fois par jour. La guérison est malgré tout longue… Patience !
L’argile verte a des vertus antiseptiques, cicatrisantes, anti-inflammatoires et désinfectantes.
* Préparer un cataplasme d’argile : Ajoutez à l’argile une eau peu minéralisée (et surtout non chlorée) et malaxez jusqu’à l’obtention d’une pâte ferme mais souple que vous placerez dans un linge très propre. Ce cataplasme froid doit, normalement se réchauffer progressivement de lui-même, une fois appliqué. Si ne n’est pas le cas, vous devrez délaisser ce type de traitement.
° La chiropractie : La personne atteinte de coxarthrose devrait, en se levant le matin, assoir le bout de ses fesses sur une table en laissant pendre ses jambes, puis, gentiment, tourner sa jambe de façon que son propre poids tire la tête fémorale et fasse une espèce d’appel d’air interne pour une meilleure lubrification par le fluide.
° La magnétothérapie : Pose des aimants médicaux sur la zone douloureuse et/ou sur les points d’acupuncture correspondants. Les aimants médicaux peuvent être facilement fixés sur la peau grâce à des disques dermo-adhésifs microporeux et anallergiques. Ils peuvent rester sur le corps pendant plusieurs semaines sans gêner les activités quotidiennes. Les aimants reconstituent la charge électrique des cellules malades. Ils exercent un effet sédatif en diminuant considérablement la sensibilité des fibres nerveuses chargées de transmettre les douleurs au cerveau.
° L’eau magnétisée : Boire chaque jour un litre d’eau magnétisée. Placer dans une bonne eau de source des aimants entourés d’un revêtement plastique ou en la faisant passer à travers un appareil spécialement conçu pour s’adapter sur le goulot d’une bouteille. Pas bon pour les femmes enceintes, les porteurs d’un stimulateur cardiaque, les spasmophiles et les malades mentaux.
° La phytothérapie : Qui fait appel aux propriétés curatives des plantes médicinales pour rétablir les santés compromises. Elle agit en profondeur, sans agresser l’organisme, en stimulant ses capacités de régénération. En infusions mais également en pharmacie ou dans les boutiques de produits diététiques conditionnées sous forme de gélules concentrées. De nombreuses plantes sont aussi disponibles sous formes de teintures mères.
- La griffe du diable, harpagophytum procumbens : mes tubercules sont dotés de surprenants pouvoirs antirhumatismaux. Souplesse articulaire et atténuation des douleurs. Diminution notable de la cholestérolémie et de l’uricémie (accès d’acide urique) qui aggrave l’arthrose. L’harpagophytum peut parfois avoir un léger effet laxatif.
- La reine des près : est une plante de chez nous : pour les affections rhumatismale.
- Le cassis : la poudre de feuilles de cassis, un  adjudant essentiel de toute thérapie antirhumatismale. Elle renferme une huile essentielle, du cymène, des pigments anthocyaniques et de la vitamine C. Boire chaque soir une infusion de feuilles de cassis.
- La vergerette du Canada : Une mauvaise herbe haute d’un mètre.  Erigeron : elle favorise l’excrétion de l’acide urique dans  les urines ; on l’emploie dans le traitement adjuvant des douleurs articulaires, des rhumatismes et de l’arthrose.
- Le guarana : plante utilisée par les Indiens pour ses extraordinaires vertus médicinales. Elle pourrait soigner à elle seule un grand nombre de troubles, dont la baisse du tonus sexuel, le vieillissement prématuré et l’arthrose.
- La prêle : queue de cheval : riche en minéral et silicium, un minéral qui stimule la synthèse du collagène et facilite la reconstitution des cartilages. La poudre de prêle doit être considérée comme un aliment acidifiant et, à ce titre, doit être évitée par les sujets incapables de métaboliser correctement les acides (facteur de l’arthrose). La prêle n’est pas toujours bien supportée par les personnes souffrant de fragilité intestinale ; mais on peut alors la prendre sous forme d’extrait aqueux.
- Le bambou : riche en silicium, on l’utilise en Inde pour, entre autres, son action bénéfique sur les articulations. Le bambou facilite en effet la reconstitution des cartilages détruits en stimulant fortement la synthèse du collagène
- La consoude : herbe aux coupures : symphytum durant six mois, faire cinq applications quotidiennes de teintures de consoude.
- L’aromathérapie : basée sur les propriétés curatives des huiles essentielles extraites des plantes. Frictionner la zone douloureuses avec 5 gouttes d’huile essentielle de thym diluées dans 10ml d’huile de calendula. Ne jamais utiliser les huiles essentielles pures mais toujours fortement diluées, le plus souvent dans une huile végétale de bonne qualité.
- Le bain aromatique : un antalgique précieux bain tiède-chaud (30° à 36°C) additionné de 4-5 gouttes d’H.E. de genevrier préalablement diluées dans un bouchon de gel de bain. Pour les douleurs de l’arthrose.  Ou encore prendre des bains chauds additionnés de 2çàs de chlorure de magnésium (un produit que l’on peut se procurer en pharmacie).
- Des enzymes pour les cartilages : jouent un rôle fondamental dans notre organisme. Substances protéiques, d’une incroyable diversité, constituent en fait des piliers de notre organisme. Par leur fonction de catalyseur, elles interviennent dans tous les processus métaboliques et participent donc activement à l’essence même de notre vie.
- L’enzymothérapie systémique : nouvelle thérapeutique qui consiste à administrer par voie orale ou par injection de grandes quantités d’enzymes pour traiter de très nombreuses maladies, entre autre les troubles vasculaires, la sclérose en plaques, l’herpès, les névralgies, le cancer, les rhumatismes articulaires et l’arthrose. Il est possible de traiter, grâce à la modulation du système immunologique par les enzymes, les affections rhumatismales les plus diverses, de supprimer les handicaps moteurs et de calmer les douleurs ainsi que de freiner, voire de stopper complètement leur aggravation constante et évolutive.
- Des agents auxiliaires naturels et biologiques : l’enzymothérapie  est une méthode de traitement dont l’efficacité ne s’accompagne que d’infimes effets secondaires. En effet, il ne s’agit pas ici d’administrer des substances chimiques étrangères à l’organisme mais des agents auxiliaires naturels et biologiques qu’il connaît parfaitement. Mais cela n’autorise pas une guérison immédiate. Il faut parfois persister pendant quelques semaines et même quelques mois avant d’observer une réaction positive.
- L’oligothérapie : une cure thermale à domicile. Les oligo-éléments sont des métaux et des métalloïdes présents en quantités infime dans nos aliments mais absolument nécessaires à la plupart des processus métaboliques de l’organisme. Leur manque provoque des carences et est responsable de l’apparition de l’arthrose.
- L’organothérapie : Il y est prescrit des préparations, fournies par les laboratoires homéopathiques, appelées dilutions d’organes. On cherche à soigner l’organe déficient ou malade en lui administrant son homologue sain, mais d’une manière fortement diluée et dynamisée dans la grande tradition des remèdes homéopathiques. Les souches d’organothérapie sont prélevées sur des animaux (en prenant bien évidemment toutes les précautions indispensables). Pour l’arthrose : Cartilago 4 CH, une préparation qui freine la destruction cartilagineuse et augmente sa régénération.
- Le psychiques : qui peut avoir une influence désastreuse sur les pathologies articulaires car tout se tient dans un organisme et les défenses générales sont fortement amoindries par le stress ou les déséquilibres psychiques. Apprendre à gérer ses stress ou même entreprendre une psychothérapie ne peut dans certains cas qu’être d’un grand secours dans la lutte contre l’arthrose.
- Une articulation a besoin de mouvements pour vivre mais cette mobilisation doit se pratiquer dans des limites bien précises selon chaque cas. Il faut les étudier avec rigueur dans leur amplitude mais aussi les pressions que subissent les surfaces articulaires. Il est déconseillé une marche prolongée en cas de coxarthrose mais un quart d’heure de pédalage sur un vélo d’appartement (sans serrer le frein) est extrêmement salutaire aux hanches arthrosiques ou sur route mais à condition de se servir d’un très faible développement pour monter les côtes de façon à éviter ces néfastes excès de pression articulaire. Vérifiez également que la selle n’est pas trop basse, ce qui risquerait d’entraîner une arthrose fémoropatellaire (entre la rotule et le genou).
- La crénothérapie : cure thermale entraîne de très nette améliorations qui se poursuivent sur plusieurs mois. Par son action antalgique, ainsi que par ses propriétés régénérantes sur le tissu osseux et l’appareil articulaire, permet un ralentissement et une stabilisation des lésions. L’action des boues est propice, les arthroses aggravées par l’ostéoporose sont particulièrement reminéralisantes.
- La thalassothérapie : elle utilise à des fins thérapeutiques, les propriétés de l’eau de mer et l’effet tonique du climat marin. La cure hélio-marine favorise la pénétration dans l’organisme des micro-nutriments (oligo-éléments, vitamines, etc.) contenus dans l’eau de mer, ce qui facilite la reconstitution de certains tissus lésés. Elle stimule, en outre, les défenses de l’organisme et augmente l’efficacité des autres traitements. Pour l’arthrose, la thalassothérapie soulage notablement et durablement les douleurs tout en accroissant largement l’amplitude des mouvements des articulations touchées.
- Le silicium organique : un minéral très important qui participe au bon état général de la peau, des phanères, des vaisseaux sanguins et, préserve la souplesse de nos articulations. (peau de fruits, enveloppe des céréales, l’oignon, l’ai, l’échalotte, le lithotamne (algue marine), la prêle et le bambou. Une préparation : l’arthrosilium, comporte de la reine-des-prés et du cassis. Ce produit dépourvu d’effets secondaires peut rendre la joie de vivre à de nombreux arthrosiques.
Le rééquilibrage du terrain : le pH de notre terrain, l’équilibre acido-basique de notre organisme. Nos enzymes sont incapables d’agir efficacement lorsque leur milieu vital est déséquilibré, quand le pH s’éloigne trop la norme. Terrain alcalin (ou basique) lorsque le pH est supérieur à 7,45 et de terrain acide lorsqu’il est inférieur à 7,35. Entre ces deux chiffres se situe le pH normal, que la force vitale qui nous habite essaie de maintenir sans toujours y parvenir. Pour l’homme contemporain, du fait de son hygiène de vie et de son alimentation, la perturbation principale du terrain est l’acidification.
- Acidification et rhumatismes : affections rhumatismales viennent d’une acidification méconnue et prolongée de l’organisme. Les acides agressent les tissus osseux et les cartilages des articulations qui, rongés, corrodés, deviennent arthritiques ou arthrosiques sans que les enzymes puissent s’y opposer. On doit commencer par traiter le terrain acide.
- Le terrain acidifié : Manque constant d’énergie, frilosité, tendance dépressive, pâleur, problèmes de gencives, caries, acidité stomacale, brûlures rectales, urine acide, rhumes fréquents, règles douloureuses, peau irritée dans les régions à forte sudation, ongles minces et dédoublés, crampes, douleurs articulaires migrantes, hypotension, inflammation des voies génitales, insomnie, etc.
- La correction du terrain acide passe par l’augmentation de la consommation des aliments alcalinisants (basiques), par la suppression ou la forte réduction de la consommation des aliments acides et par une restriction plus ou moins sévère de l’apport d’aliments acidifiants, en prenant bien garde de ne pas tomber dans le piège de la dénutrition. ex: la viande, le poisson, les oeufs, le yaourt et le fromage sont des aliments acidifiants mais ils contiennent également des protéines dont notre organisme ne saurait se priver. ° Aliments acidifiants : qui ne contiennent pas de substances acides mais en produisent naturellement lors des transformations digestives. Les aliments protéinés, dont les huiles végétales (huiles raffinées), les céréales (le millet), les légumineuses, les sucreries, le sucre blanc, les fruits oléagineux (sauf l’amande), le vin, le café, le cacao, et le thé. ° Les aliments acides renferment des substances acides à l’état naturel. ex: le cresson, l’oseille, la rhubarbe et la tomate, le miel, le vinaigre, la choucroute ainsi que les agrumes (surtout) et la plupart des autres fruits (sauf la pomme douce, la poire et la banane). Ces aliments sont favorables aux personnes dont l’organisme est capable de métaboliser les acides mais ils doivent être consommés avec parcimonie par les sujets sensibles aux acides. Les pommes de terre (sauf sous forme de frites), les légumes verts et colorés, le maïs, les châtaignes, le sarrasin et les bananes sont des aliments alcalinisants recommandés en cas d’acidose. Une activité physique quotidienne permet de mieux brûler les acides et pour une bonne oxygénation. Pratiquer également et quotidiennement une bonne respiration consciente afin d’éliminer les substances acides synthétisées en excès.
- Désintoxiquer l’organisme : l’auto-intoxication, le corps s’empoisonnant lui-même… Un terrain encrassé, surchargé de toxines, d’où viennent la plupart de nos maladies qui prolifèrent. On doit se débarrasser des toxines qui y stagnent. Pour l’arthrose, cette détoxication renforce considérablement l’efficacité des autres méthodes de traitement naturel.
- Drainer les déchets accumulés : – 1 jour par semaine, se tenir en une stricte diète au potage de légumes. – la consommation journalière d’un litre d’eau magnétisée exerce un effet de drainage général des cellules. – Pour éliminer les poisons intestinaux, l’hydrothérapie du côlon, technique fine est effectuée par un praticien et qui consiste à introduire dans le rectum de grandes quantités d’une eau douce filtrée afin de déloger les déchets incrustés dans les parois du côlon. On peut ainsi se libérer de 3-4 kilos de  matières fécales qu’elles hébergeaient à leur insu depuis des années. – La phytothérapie : des plantes adéquates pour éliminer (aux reins, intestins, foie, poumons ou peau). Ex: la bourdaine ou le séné pour les intestins ; la feuille d’olivier, l’artichaut ou la dent-de-lion (pissenlit) pour le foie ; la busserole, la bruyère ou le chiendent pour les reins, etc.
- La cure de raisin : pour enclencher l’autolyse des toxines et la régénération tissulaire. L’efficacité de cette méthode provient d’une part du fait qu’elle implique la suppression provisoire des aliments habituels (souvent nocifs) et, d’autre part, parce qu’elle permet de profiter des vertus purement dépuratives et détoxiquantes du rainsin, un aliment diurétique, laxatif, qui purifie le sang et décongestionne le foie et la vésicule biliaire. Les dépôts inorganiques accumulés dans les articulations sont apparemment dissous et expulsés sous forme de diarrhées ou de sueurs huileuses très désagréables. Durant trois jours (pas dépasser 9 jours), ne mangez que du raisin bio, 1 kilo par jour fractionné en petites quantités permettant de manger toutes les deux heures environ. Pour éviter la monotonie, alterner diverses variétés de raisin. Toute cure prolongée doit être supervisée par un thérapeute compétent. Ou peut manger à la place du raisin frais, des raisins secs de qualité bio. Mais attention ! La monodiète de raisin est strictement réservée aux personnes métabolisant bien les acides. Les autres peuvent faire à la place, une cure de bananes, de châtaignes, de carottes bio (crue, cuite, jus) ou encore de riz complet (sauf en cas de dérèglement des surrénales).
- Régulariser sa digestion : Arthrose – Limiter la production des poisons intestinaux provoquée par l’indigestion chronique. – Eviter les aliments indigestes: pizzas, raviolis, café au lait, charcuterie, confiture… – Manger modérément des aliments naturels riches en nutriments essentiels et en fibres – Mastiquer, le plus longuement possible, tous les aliments. – Prendre ses repas dans le calme ; pas de discutions. – S’abstenir, dans la mesure du possible, de consommer un quelconque aliment dans les trois heures qui suivent un repas car vous stoppez alors le processus digestif pour l’obliger à recommencer quasiment au début. – Si on souffre de constipation, essayer de la supprimer par des moyens naturels car il n’y a pas de digestion réussie sans une évacuation correcte des selles.
- Les radicaux libres : pour enrayer les actions désastreuses des radicaux libres sur les articulations, nous devons stimuler les moyens de défense naturels. Avoir une alimentation riche en antioxydants associée, au besoin, à des compléments nutritionnels est un impératif absolu si l’on souhaite contrer efficacement les effets nocifs des radicaux libres.
- Les antioxydants : ou antiradicalaires présents dans la nourriture ou les suppléments nutritionnels : vitamines A – B2 – B6 – B15 – C – E, des minéraux et des oligo-éléments (magnésium, zinc, sélénium, germanium, etc.) et des enzymes (surtout S.O.D et glutathion peroxydase).
- Articulation et l’eau : Les rhumatismes articulaires indiquent en premier lieu une déficience en eau dans les cartilages articulaires affectés. La propriété lubrifiante de l’eau captive dans le cartillage des deux surfaces qui se rencontrent leur permet de glisser aisément l’une sur l’autre au cours des  mouvements. Dans un cartilage déshydraté, les dommages dus à l’abrasion augmentent. Les reins sont responsables de la mauvaise élimination des cristaux d’acide issus de la combustion de notre organisme. Ces cristaux sont repris par la circulation et vont se déposer sur les zones organiques riches en soufre. Pour éviter qu’un processus arthrosique débutant s’accentue, il faut s’assurer un apport correct en eau. 6-8 verres d’eau chaque jour. Si la quantité d’urine produite augmente, on peut accroître la consommation d’eau. En cas de déshydratation longue et croissante,  vous devez être très prudent et un traitement médicale s’impose.
- Gérer son stress : Arthrose – Déterminer les agents stressants journaliers pour pouvoir les contrôler – Respectez les heures de sommeil – Adopter une alimentation équilibrée avec si besoin des compléments nutritionnels: vitamines B, C, – le calcium, le magnésium et le zinc – Ne plus s’intoxiquer, réduire le tabac, l’alcool, la caféine – Mais le vin à doses raisonnables agit comme un excellent agent antistress. – Rire: accroît dans l’organisme la sécrétion des endorphines, substances qui, ont le pouvoir de contrôler nos réactions face au stress. – Se détendre: relaxations training autogène de Shultz, technique Vottoz, autohypnose, méditation du mantra, relaxation progressive de jacobson, etc. Pas de préoccupations mais des occupations… – Faire du sport, de la marche… L’exercice physique stimule puissamment les fonctions digestives et éliminatoires pour prévenir et améliorer les manifestations arthrosiques. – Se faire plaisir: un achat, un voyage… Des attentions que nous nous accordons et qui constituent des moments privilégiés qui nous aident à oublier les soucis quotidiens. – Ne pas accepter de travail trop lourd que l’on se sent incapable de gérer. – Etablir son budget: ne pas vivre au-dessus de ses moyens, la sécurité financière représente un interrupteur de stress. – Régler si possible les problèmes affectifs pour vivre une relation harmonieuse. – Gérer son temps : beaucoup de tensions inutiles engendrées par une mauvaise utilisation du temps… Pour mieux le contrôler, planifier rigoureusement les journées et, surtout, entreprendre une tâche à la fois. Ne pas gaspiller son temps en futilités. Identifier les tâches prioritaires et éliminer les actions superflues. Grâce à une organisation sans failles, on évite une foule de situations stressantes.
Déceler et supprimer la source de l’affection et la première démarche à entreprendre… Ensuite, on peut profiter de l’efficacité des médecines douces pour stimuler l’organisme.
Les arthrosiques doivent être persuadés que la guérison, ou la stabilisation de leur maladie dépend, en grande partie, de leur propre action, de leur collaboration active. Ils peuvent adopter un régime sain, désintoxiquer leur organisme, corriger un terrain acide, s’assurer une bonne digestion, prendre garde à la déshydratation, se souvenir que les stress non maîtrisés et les déséquilibres psychiques induisent une fragilité somatique certaine, une vulnérabilité accrue à la maladie.












Dernière édition par Mayannemak le Ven 18 Nov - 4:43, édité 1 fois
avatar
Mayannemak
Admin

Messages : 336
Date d'inscription : 17/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur http://lebienetreetanous.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dossier combattre l’arthrose

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum